Biographie

ecc

Biographie

Tout en poursuivant des études d’Art et d’Archélogie et de Philosophie à la Sorbonne, Edith Canat de Chizy obtient successivement six premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dont celui de composition. Elle s’initie à l’électroacoustique au Conservatoire et au Groupe de Recherches Musicales. Elève d’Ivo Malec, elle fait en 1983 la rencontre décisive de Maurice Ohana à qui elle consacrera avec François Porcile une monographie en 2005 aux Ed. Fayard. Dans l’oeuvre de cette violoniste de formation, qui comporte à ce jour plus de soixante dix opus, la musique concertante occupe une place de choix : Moïra, concerto pour violoncelle, primé en 1999 au Concours Prince Pierre de Monaco ; l’année suivante, Exultet, concerto pour violon créé en 1995 par Laurent Korcia, est nominé aux Victoires de la Musique ; Les Rayons du Jour, concerto pour alto, créé en février 2005 par Ana Bela Chaves et l’Orchestre de Paris dirigé par Christoph Eschenbach. Parmi ses oeuvres marquantes, pour la plupart commanditées par l’Etat, Radio-France, l’Orchestre de Paris, l’IRCAM, des ensembles tels que Musicatreize, les Solistes XXI,le Nederlands Kamerkoor, Sequenza 9.3, Accentus, TM+..., on notera particulièrement ses pièces vocales,ses oeuvres pour cordes, notamment ses trois quatuors, et ses pièces symphoniques dont Omen, créée en octobre 2006 par l’Orchestre National de France, et Pierre d’Eclair, créé en Mars 2011 par l’Orchestre National de Lyon, ainsi qu’Over the sea, sa première oeuvre avec dispositif électronique créée le 11 Mai 2012. Elle a été plusieurs fois en résidence, notamment au Festival de Besançon où sa pièce pour grand orchestre Times a été imposée à la finale du Concours International des Jeunes Chefs d’Orchestre 2009, et créée par le BBC Symphony Orchestra. De nombreuses distinctions sont venues couronner son oeuvre : Prix de la Tribune Internationale des Compositeurs (pour Yell, en 1990), Prix Paul-Louis Weiller de l’Académie des Beaux-Arts (1992),Coup de coeur de l’Académie Charles Cros pour son CD Moving, plusieurs prix décernés par la SACEM dont le Grand Prix de la Musique Symphonique en 2004. Nommée Chevalier des Arts et Lettres en 1994, Officier de l’Ordre National du Mérite en 2012, élue à l’Académie des Beaux-Arts en 2005, Edith Canat de Chizy est la première femme compositeur à être reçue à l’Institut de France. Elle enseigne la composition au CNR de Paris depuis 2007. En Janvier 2008, Edith Canat de Chizy est nommée Chevalier de la Légion d’Honneur. En 2015, l'Académie Charles Cros lui attribue le Grand Prix du Président de la République pour l'ensemble de son oeuvre à l'occasion de la sortie de son CD "Over the sea" édité par le label Fy-Solstice.


After pursuing graduate studies in Art and Archaeology and Philosophy at the Sorbonne, Edith Canat de Chizy successively obtained six premiers prix at the Paris Conservatoire including one in composition. She became initiated into electro-acoustic music with Guy Reibel at the Conservatoire and the Groupe de Recherches Musicales (GRM). A student of Ivo Malec's, in 1983 she had a decisive encounter with Maurice Ohana to whom she, with François Porcile, would devote a monograph in 2005 (Ed. Fayard).

The catalogue of this trained violinist, presently boasting more than 70 opus numbers, concertante music occupies a special place: Moïra, cello concerto, prizewinner at the Prince Pierre of Monaco Competition in 1999; the following year, Exultet, violin concerto premiered in 1995 by Laurent Korcia, was nominated for the Victoires de la Musique awards; Les Rayons du Jour, viola concerto, was first performed in February 2005 by Ana Bela Chaves and the Orchestre de Paris conducted by Christoph Eschenbach.

Amongst other notable works, most of them written to commissions by the State, Radio-France, the Orchestre de Paris, IRCAM, and ensembles (Musicatreize, Les Solistes du XXI siècle, Nederlands Kamerkoor, Sequenza 9.3, Accentus, TM+ et al.), one will note in particular her vocal pieces, works for strings (three quartets) and symphonic scores including Omen, first performed in October 2006 by the Orchestre National de France, Pierre d’éclair (March 2011, Orchestre National de Lyon) and Over the sea, her first work for electronics (11 May 2012).

She has been in residence several times, in particular at the Besançon Festival where Times, for large orchestra, was the compulsory work for the finale of the International Competition for Young Conductors in 2009 and first performed by the BBC Symphony Orchestra.

Numerous distinctions have crowned her works: Prize of the International Composers Tribune (for Yell, 1990), Paul-Louis Weiller Prize of the Académie des Beaux-Arts (1992), Coup de cœur of the Académie Charles Cros for her CD Moving, and several prizes awarded by SACEM, including the Grand Prize for Symphonic Music in 2004.

Named Chevalier des Arts et Lettres in 1994, Officier of the Ordre National du Mérite in 2012, elected to the Académie des Beaux-Arts in 2005, in January 2008, Edith Canat de Chizy was named Chevalier de la Légion d’Honneur. She is the first woman composer to be admitted to the Institut de France. She has taught composition at the Paris Regional Conservatory since 2007.

Catalogue

Voilé, dévoilé (2015)

Création le 29 Mai 2015 par l'Orchestre Philha...

Nunc Dimittis (2015)

Création le 17 Avril 2015 par le Jeune Choeur ...

L'ibis rouge (2014)

14 Mai 2014. Création à Mulhouse par les musi...

Cinq miniatures (2013)

23 Novembre 2013. Création à Mirecourt ( 5è ...

Drift (2013)

19/10/2013 - Douchy les Mines, Nouveau Centre d...

Consulter le catalogue

Actualité

Prix Académie Charles Cros 2015

L'Académie Charles Cros a attribué à Edith Canat de Chizy le Grand Prix du Président de la République pour l'ensemble de son oeuvre à l'occasion de la sortie de son CD "Over the sea" publié par le label Solstice.

Lundi de la contemporaine

16 Novembre. Emission "Les lundi de la contemporaine" Arnaud Merlin 20h. Diffusion du concert du 14 Novembre Frestival Musiques démesurées.

Over the sea

Parution du CD Over the sea au label Fy-Solstice le 31 Août 2015. Commander sur www.solstice-music.com

 

Agence Galatea

 

Edith Canat de Chizy vient d'intégrer l'agence Galatea:

Agence Galatea

Lundi de la contemporaine

Edith Canat de Chizy est l'invitée d'Arnaud Merlin le 18 Mai 2015 à 21h30 à l'occasion de la création de Voilé, dévoilé avec l'Orchestre Philharmonique de Radio-France le 29 Mai prochain

voir: " Concert 29 Mai Radio-France"

Lire toute l'actualité

Concerts

Visio

Festival Présences 2016 concert 6.

Festival Présences 2016 

Visio pour ensemble vocal, instrumental et électronique

 Création Mondiale 9 Février 2016 Radio-France Studio 104

Solistes XXI, Ensemble Multilatérale, Dir. Léo Warynski

Tecnique IRCAM RIM Grégory Beller

 

Couleur d'abîme

Couleur d'abîme pour orchestre. Orchestre du CRR de Paris. Direction Pierre-Michel Durand. 17 et 18 Décembre 2015 à 19h. Auditorium Marcel Landowski 14 rue de Madrid 75008 Paris.

Lament

 14 Novembre Lament pour alto solo. Création. Christophe Desjardins. Festival Musiques démesurées. Clermont-Ferrand.

Irisations

 13 Novembre Irisations pour violon seul. Musica Universalis. Conservatoire Paul Dukas Paris 12è.

As a blues

 12 Novembre As a Blues pour ensemble. Création. Ensemble Utopik Stéréolux Nantes

Ouvrir l'agenda

Discographie

Enr

Visuel CD Over the sea

ECC Pierre declair CD Solstice-zone-005.mp3

TimesADSL.mp3

DiosADSL.mp3

MesseAscensionKyrieADSL.mp3

Voir toute la discographie

Presse

Nunc Dimittis à Abbeville

Dès les premiers sons, la pièce d’Edith Canat de Chizy captive. Nous quittons brusquement l’Allemagne romantique et religieuse pour une fantastique forêt de sons et de bruissements. Les chanteurs murmurent, parlent, psalmodient à toute vitesse, se frappent la poitrine autant qu’ils chantent. L’écriture est ciselée à l’extrême. Ce Nunc Dominus est court et très dense. Le soin apporté à son élaboration est perceptible, rien n’est laissé en trop. La respiration y est aussi importante que le chant : à plusieurs reprises, le chœur souffle, inspire, expire ostensiblement. Avec cette pièce, la spiritualité revêt une toute autre expression.

La lettre du musicien Suzanne Gervais 20-05-2015 ( Jeune Choeur de Paris dir. Henri Chalet)

 

Hadewijch d'Anvers: La fureur d'aimer

La fureur d'aimer Etienne Comes 23 Septembre 2013.

Composer aujourd'hui

Article Resmusica.com Maxime Kaprielan 3 Septembre 2013.

CD Times " L'oeuvre pour orchestre"

... Le discours anguleux, ponctué par des ruptures et des impacts que cette rétrospective incite à considérer comme des constantes, passe dans la Ligne d'ombre par le filtre d'une plus grande économie de moyens. De cette sobriété naît une force expressive plus impressionnante encore, alimentée par un cortèges de figures qui, évoluant sur un fond faussement statique, poussent inexorablement vers un climax. On ne pourra qu'être frappé par une autre constante: les fins très ténues avec lesquelles Edith Canat de Chizy, dans un geste particulièrement élégant, s'efface après avoir affirmé.

 Pierre Rigaudière

Diapason.

Syncrétisme

EN 2005, Edith Canat de Chizy entrait à l'Institut de France par la grande porte. Première femme élue à la section musicale de l'Académie des beaux-arts, elle trouvait ainsi une manière de consécration... balayée d'un revers de main de sa part pour tout ce qui pourrait relever de l'anecdote. Compositeur (ne surtout pas dire "compositrice") à l'aise avec l'orchestre (en témoignent plusieurs "résidences" auprès des phalanges symphoniques, de Besançon à Lyon), Edith Canat de Chizy sert la forme orchestrale, parfois sous le biais concertant, afin de développer des correspondances musicales avec d'autres formes d'art.

Pour autant, pas question de lui coller une étiquette "figuraliste" ou "illustrative". Et pas davantage celle de "mystique". Si le sacré la fascine, elle refuse tout amalgame avec la "spiritualité New Age" qui fait florès depuis un certain temps. La peinture (Nicolas de Staël à l'origine du concerto pour alto Les Rayons du jour), la philosophie (Heidegger) et la poésie (Philippe Jacottet) offrent souvent l'idée première d'un parcours que chacun doit imaginer à sa façon. Imaginer : le mot-clé de la création selon Canat de Chizy.

Formée au Conservatoire de Paris, à une époque "où le langage prenait le pas sur l'imagination", la musicienne a appris la liberté au contact de Maurice Ohana, assumant son goût de l'indépendance loin des chapelles et des écoles. Au point, comme son mentor, d'avoir effectué une traversée du désert ? "Nullement", rétorque la benjamine de l'Institut qui pense être parvenue à réaliser tous ses projets en dépit d'un handicap hérité de son éducation : "attendre qu'on vous propose sans jamais demander de soi-même".

Davantage sollicitée depuis le début des années 2000, Edith Canat de Chizy se concentre dorénavant sur la composition et l'enseignement (au Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris). Elle n'a connu ni crises esthétiques ni changements d'orientation stylistique, et plaide pour une "évolution lente et constante" de l'état de compositeur qui se traduit par l'exploration dans une oeuvre de pistes laissées en suspens dans la précédente. Avec toujours la force motrice d'un questionnement tel que formulé par René Char : "Comment vivre sans inconnu devant soi ?"

C'est au sortir de la classe d'Ivo Malec dans les années 1980 qu'Edith Canat de Chizy, attirée par le médium électroacoustique, a réalisé une pièce pour bande dans les studios du groupe de recherche musicale de Radio France et puis plus rien avant longtemps dans ce domaine. Pourtant, les techniques de l'électroacoustique ont fortement influencé son écriture pour orchestre. Elle effectue aujourd'hui, à l'Ircam, le chemin inverse, partant du modèle instrumental pour guider les transformations électroniques. Née un quart de siècle jour pour jour après Pierre Boulez, soit le 26 mars 1950, Edith Canat de Chizy aura attendu le même laps de temps pour recevoir enfin sa première commande de l'institution boulézienne, Over the Sea, qui sera créée au Théâtre des Bouffes du Nord le 11 juin.

Pierre Gervasoni  Le Monde  31 Mai 2012


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2012/05/31/edith-canat-de-chizy-syncretisme_1710186_3208.html#HlYAY6GgCHuGxiwL.99

Lire la revue de presse